Abilio Diniz - São Paulo - État de São Paulo, Brasil | about.me


Abilio Diniz - São Paulo - État de São Paulo, Brasil | about.me

Parmi les cent célébrités les plus influentes dans le pays, on compte le businessman, d’après l’hebdomadaire du Brésil "Epoca". Possédant un patrimoine évalué à 3,7 milliards de dollars, Abilio Diniz est la 10e fortune du Brésil, selon "Forbes". Abilio Diniz est l’un des stars les plus fascinantes du sous-continent brésilien.

Abilio Diniz, un patron qui a traversé les crises

Abilio Diniz élabore un plan de sauvetage draconien permettant de préserver le Grupo Pão de Açúcar, qui ferme 1/3 des grandes surfaces, vend les activités qu'il possède au Portugal et congédie 20 000 collaborateurs. Le groupe Pão de Açúcar géré par cet entrepreneur affronte d'importantes difficultés financières au cours de la décennie 90, alors que le pays connait une sérieuse crise économique. A la fin des années 1980, Abilio Diniz siège au Conseil Monétaire National alors que le Brésil connait une situation de folle inflation.

En Amérique du Nord, Abilio Diniz veut poursuivre ses études en économie. Dans les années 1950, Abilio Diniz sort diplômé de l’école de management de la Fondation Getùlio Vargas à São Paulo. Etiez-vous au courant qu'enfant, il s’est entrainé aux arts martiaux afin de ne plus être un souffre-douleur ?

En doublant sa participation dans le capital de Carrefour France, la société d'Abilio Diniz est devenue le quatrième porteur d'actions du groupe. En décembre 2014, la société d’investissement Peninsula, créée par les Diniz, rend publique son arrivée au capital de Carrefour Brésil, à hauteur de dix pour cent. Mi-2015, la participation au capital de la filiale brésilienne de Carrefour est augmentée à 12 pour cent. Dès lors, Abilio Diniz dispose, à travers Peninsula, de deux sièges au conseil d’administration.

Le groupe Casino prend le contrôle de GPA, Abilio Diniz vers d'autres aventures

A l'automne 2013, l’accord signé avec Casino donne la possibilité à Abilio Diniz de ne plus être soumis à la clause de non-concurrence et de pouvoir investir dans n’importe quel secteur économique. En 2011, il veut saisir la chance de faire de son groupe le n°2 mondial du secteur de la distribution en réalisant la fusion du groupe GPA avec la branche brésilienne de Carrefour. GPA atteint sa stabilité financière après la crise et commence les discussions de collaboration avec Casino. Il fait en effet face à la concurrence du géant français Carrefour en terre brésilienne. Abilio Diniz cède 1 Mi$ d’actions à Casino, tout en s'engageant à concéder la tête du groupe Pão de Açúcar sept années plus tard à Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino.